CR Rencontre du Collectif du 25/11/2019

Share

Présent.es : Jérémie SERRA, Josiane FLATTET, Christian MAURER, Claude et Marie-Pierre MERCIER, Jean-Marie KIEFFER, Brigitte MAIGRE, Stéphane PANUEL, Magali PAGNON, Anne VINCENT, Camille CREUSOT, Bruno BOTTO, Jacques SARDA et Christophe ORLIAC.

Merci à notre hôtesse : Sylvaine LOURADOUR.
Excusé.es : Janie ARNEGUI, Jessi, Ghislaine LONGHI, Franck MEDINA et Edmond COURBEAU.

L’ordre du jour qui était assez chargé a été divisé entre sujet débattus et infos / questions pour ne pas dépasser 22h.

Charte Nîmes-en-Transition
Il y a eu un forum, il y a un an et demi, dans les locaux actuels de la ressourcerie au cours duquel les participants ont planché sur un projet de charte que Josiane à mis en forme ; cette charte 2018/2019 sera diffusée bientôt pour que chacun.ne en prenne connaissance avec un fichier partagé (Pad) pour faire des remarques et on verra l’année prochaine s’il y a lieu de la réviser.

Projet de partenariat avec la MAIF
Habituellement, L’Asso-NET fonctionne avec des dons ; la proposition consiste dans la participation du collectif ou d’un de ses membres à une rencontre avec les sociétaires de la mutuelle-un bon moyen de sensibilisation-avec en retour une participation financière de l’ordre de 150 à 200 €.
Convention ponctuelle. Aucune obligation d’apposer le logo, excepté évidemment à l’occasion de l’événement, ni aucune sensure dans la liberté d’expression vis-à-vis du monde de l’assurance, par exemple.
La MAIF est une société mutuelle d’assurance qui trouve certainement ainsi le moyen de soigner son image mais elle apparaît soucieuse des questions d’environnement.
Avis favorable.

Nîmes-en-Transition et les élections municipales
Du fait de la forte implication de membres fondateurs du collectif dans la campagne électorale, il se dit en ville que Nîmes-en-Transition pourrait soutenir telle ou telle candidature. La réponse nagative se trouve dans la charte : le collectif n’est ni un parti ni le soutien d’une quelconque candidature même si, bien entendu, la politique au sens de la gestion de la cité (politis) est une préoccupation de premier plan. Il est d’ailleurs parfaitement normal que ses membres s’y inscrivent ou soutiennent individuellement des listes électorales car la transition passera assurément par le niveau local mais ces personnes-là sont invitées à ne pas se mettre en avant au nom du collectif pendant la campagne.

Pacte pour la transition
Ce projet est porté nationalement depuis un an, en vue des élections municipales  par une cinquantaine d’associations, à travers une vaste concertation citoyenne, et adapté au contexte nîmois à l’initiative de Nîmes-en-Transition. L’enjeu n’est ni plus ni moins que de faire face au risque annoncé d’effondrement, en travaillant les thèmes de l’écologie, du social et de la démocratie.
Le pacte nîmois, proche du document national, est le fruit d’une réflexion ouverte entre les membres du collectifs qui s’y sont intéressés et d’autres personnes venues d’ailleurs apporter leur contribution.

Le résultat se caractérise par deux idées forces :
1) Les communs : mot posé par Elinor Ostrom, première femme prix Nobel d’économie en 2009, sur ces ressources oubliées que l’on croyait surabondantes, comme l’air, l’eau, la terre… Les communs portent un concept original d’économie renvoyant dos à dos capitalisme et collectivisme, basé en premier lieu sur la protection de la ressource, sur l’application de règles de tirage assorties de sanctions établies et partagées par la communauté, ainsi que sur le principe d’un accès équitable à la ressource pour le plus grand nombre.

2) Un contrat social : la demi-mesure a peu de place dans le pacte, tant les changements à opérer interagissent entre eux. L’idée d’un contrat social est aussi ressorti du groupe local, associant dans une perspective de sobriété sur le long terme, les différents niveaux administratifs, le public, le privé, avec l’appui de la faculté.
Le document à été parcouru sur écran et se trouve consultable suivant ce lien : www.nimesentransition.org/doc/pacte.pdf

Il est modifiable par l’envoi d’un message au groupe de travail : pacte@nimesentransition.org

Ce qui motive cette démarche, malgré la limite étroite avec la politique électoraliste est la volonté de relever le défi d’un avenir soutenable et de redonner sa saveur à la démocratie qui, comme le disait Winston Churchill, est « le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ».
Les candidats aux élections municipales seront invités à se prononcer dessus, retenir certaines mesures, au moins dix pour prétendre en devenir signataire, et leur réponse sera publiée au fur et à mesure.
Derrière le pacte, il y a un pari. Le collectif continuera à suivre l’action de la municipalité, non pas dans une posture de juge mais d’accompagnement.

Conférence de presse vendredi 28 à 11:30 au Café-d’Anaïs où chacun est invité à venir. Le même jour : grève des jeunes et « Green-Friday » ; le lendemain : marche pour le climat.
S’il faut parler de quelques mesures parmi les 32, la dernière réunion de travail avait mis celles-ci en exergue :
# 08 – la place du vivant sur le territoire
# 12 – performance vs précarité énergétique
# 15 – marche et vélo dans l’espace public
# 26 – l’accueil des étrangers
# 28 – la participation citoyenne
mais comment ne pas faire ressortir, par exemple, l’accès à un logement décent ?

2eme four de l’incinérateur
Paul Ferté est venu exposer la problématique de ce projet consistant à accueillir les dechets du nord du département. Le point de vue partagé est que la capacité deviendrait incompatible avec l’objectif de baisse des dechets sur le territoire. D’ailleurs il semblemblerait que cela fasse consensus politiquement, en tous cas à l’approche des élections. Mais alors qui est pour ? Veolia ?
Il est apparu inopportun d’associer le rapport* diffusé par Paul à la présentation du pacte vendredi, pour ne pas focaliser sur un sujet en particulier, mais cela incite à programmer d’ici les élections des conférences thématiques (sur les déchets par exemple).
* Pour consulter les rapport :
https://framadrop.org/r/edxrU9HrtJ#IUzqa6BHPXm5SYSYVXWUcqKXYK29vlXPBHe/S+fY4dk=

Il a été nécessaire d’aborder les autres points à l’ordre du jour, sans forcément approfondir, car cette rencontre plénière est la seule décisionnaire du collectif, L’Asso-NET n’étant vis-à-vis du collectif qu’une vitrine administrative.

Marche pour le climat samedi 30
Rendez vous à 14:30 sur l’esplanade
Cisco&Cie à partir de 14:00
Prise de parole pour Nîmes-en-Transition (sur le pacte) : Jacques & Christophe
Écusson avec les batuc. > Mairie > Préfecture (die-in).

Création d’un groupe de travail sur la façon de décider ensemble
Les personnes que ça intéresse se signaleront auprès de Magali :
mpagnon90@gmail
06 23 21 06 09

Territoire « Occitanie-en-transition
R-d’évulution nous a proposé, ainsi qu’à Alternatiba à Montpellier, de les accompagner dans la création d’un réseau de ressources et d’échanges, à l’échelle de la région. Nîmes-en-Transition étant lui-même un réseau, il n’y a pas de raison d’en limiter les connexions aux alentours de Nîmes. Le principe de ce rapprochement est retenu.

Les principes sont aussi actés :
– d’accompagner U-Nîmes dans le cadre de la 3eme semaine du développement en avril,
– d’accompagner le réseau Anaïs dans le cadre des journées de la pauvreté, début mai.
– de former une équipe de préparation (une dizaine de personnes), en vue d’organiser une prochaine fête de la transition en 2020, idéalement associée à une marche pour le comme il était prévu avant la pluie, le 21 septembre. Quelle date ? Déjà former une équipe et réfléchir au contenu car la formule de cette année était très lourde.

Nous ferons donc le point sur ces orientations au début de l’année.