Tous les articles par Christophe Orliac

Les lobbys agrochimiques pourront bientôt sabrer le champagne

Chère amie, cher ami,

D’ici quelques jours, les lobbys des plus grandes multinationales agrochimiques pourront sabrer le champagne :le plan qu’ils préparent depuis des années dans le secret des couloirs de la Commission européenne et des institutions nationales pour blanchir leurs pesticides tueurs d’abeilles et empêcher toute remise en cause de leurs produits à l’avenir est sur le point d’être définitivement adopté par les institutions européennes.

Sans un soulèvement massif et immédiat de l’ensemble des citoyens à travers l’Europe pour s’opposer de toute urgence à cette prise de contrôle des lobbys au détriment des abeilles, de la biodiversité et de la nature…

Continuer la lecture de Les lobbys agrochimiques pourront bientôt sabrer le champagne

CR Rencontre du collectif du 15/09/2020

Au sommaire

  • Discussions
  • Des nouvelles des absents
  • Règlement local de publicité
  • Cit’en – projet photovoltaïque
  • Colibris fait sa part
  • Le Pacte pour la transition
  • Agenda

Présent.e.s : Janie, Jacques, Nina, Agnès, Sylvie, Mylène, Claude, Jérémie, Colin, Stéphane, Brigitte, Josiane, Claudine, Claude, Anne, Alain, Jean-Pierre, Marie-Pierre, Bérengère, Christian, Paul, Virginie et Christophe.
Excusé.e.s : Jean, Gabrielle, William C., William A., Ghislaine

Merci Anne pour ton accueil
Merci Christian pour le compte rendu

Pour laisser le temps aux derniers participants de nous rejoindre, Christophe entonne, sur un air de Brassens, le poème de Jean Richepin qui lui a valu un séjour en prison en 1876, pour outrage aux bonnes mœurs.

Il est 18:15
DISCUSSIONS

#StopAmazonFournes : la nouvelle majorité à la Communauté de communes du Pont du Gard est opposée à l’implantation d’un centre logistique d’Amazon sur la commune de Fournès. Le recours contre le permis de construire a peu de chance d’aboutir, car c’est la commune qui en décide, en la matière.

Continuer la lecture de CR Rencontre du collectif du 15/09/2020

Réseau Action Climat : cap sur les régionales en 2021

Le Réseau Action Climat a publié des recommandations, en vue des élections régionales en 2021 :

https://reseauactionclimat.org/wp-content/uploads/2020/06/transition-regions-v3-web-1.pdf

On votera aussi en 2021 pour le département, d’où la question : celles et ceux qui s’impliquent cette année dans le pacte pour la transition à Nîmes vont-iels dépasser l’échelon communal ?

Continuer la lecture de Réseau Action Climat : cap sur les régionales en 2021

Cit’en veut lancer la grappe photovoltaïque

 Pour favoriser la transition énergétique, l’association Cit’en mène un projet citoyen d’énergie solaire sur le territoire de Nîmes Métropole. Il s’agit d’équiper de panneaux photovoltaïques dix toitures publiques ou privées. Pour se faire, des études de faisabilité technico-économiques, réalisées par Enercoop, sont nécessaires. 

Pour financer quatre d’entre elles, Cit’en lance un financement participatif à compter du 03 septembre 2020 sur la plateforme Zeste de la NEF. www.citen.fr et  www.zeste.coop/fr

On a besoin de vous, alors n’hésitez pas à partager l’information autour de vous.

Continuer la lecture de Cit’en veut lancer la grappe photovoltaïque

Le Café est de sortie

Comme chaque premier vendredi du mois, « Nous voulons des coquelicots – Nîmes » animera la place de la Maison Carrée, côté sud Carré-d’Art, en proposant aux passant.es, plusieurs dizaines à chaque fois, de signer la pétition, aujourd’hui le seuil d’un million cent mille signatures est atteint en France, pour l’arrêt immédiat de tous les pesticides de synthèse (Bayer, Monsanto et autres).

Iels seront accompagné.es ce soir-là, vendredi 7 août à 18h30, par « Le Café est de sortie » émanation du Café d’Anaïs qui a mis au point depuis quelques mois, malgré le confinement, un projet co-construit avec plusieurs partenaires associatifs dont Nîmes-en-transition, consistant, comme son nom l’indique, à sortir du local, place des Esclafidous, et participer à des temps de convivialité ailleurs dans la ville.

Pour rappel, ANAÏS est le réseau d’Associations Nîmoises d’Actions et d’Interventions Sociales.

Le Pacte…sans transition !

Bonjour, 
Comme vous le savez sans doute si vous avez suivi les infos locales, plusieurs maires de Nîmes-Métropole, à Manduel, Marguerittes, Nîmes et Poulx, soit presque les deux tiers de la population, ont signé le Pacte pour la Transition que nous avions proposé à tous les candidats aux élections municipales : http://www.nimesentransition.org/doc/Pacte-synthese.pdf

Sans transition, nous avons participé aux conseils municipaux « d’installation », à Nîmes vendredi, à Marguerittes samedi, pour leur dire que ça commençait maintenant !

Continuer la lecture de Le Pacte…sans transition !

Nîmes sans transition ?

Nos amis de la revue en ligne Reporterre publient la déclaration en 16 points ci-dessous, extraite du livre « Ecologie sans transition » par Désobéîssance Ecolo Paris, aux éditions Divergences :

Considérant les faits suivants :

1. L’idée de transition n’est apparue qu’assez récemment. Dans les années 1970, au moment des chocs pétroliers, on parlait plutôt de «crise énergétique». Mais l’idée d’un manque d’hydrocarbures était une perspective trop anxiogène. On sait aujourd’hui à quel point l’augmentation du prix à la pompe a tendance à susciter des révoltes. Le terme de «crise énergétique» est donc remplacé à la fin des années 1970 par celui de «transition énergétique» sous l’influence d’institutions gouvernementales et d’organisations internationales. À l’idée d’une rupture, on substitue l’idée d’un passage en douceur. Le discours de la transition est donc un discours de gouvernement, qui nous dit : «La situation est sous contrôle, ne vous inquiétez pas. Il suffit de “transitionner”, et nous allons nous en sortir.» Si le cœur de l’idée de transition reste la transition énergétique, cette dernière se décline aujourd’hui sous d’autres formes : écologique, sociale, industrielle.

Continuer la lecture de Nîmes sans transition ?

Effondrement ou révolution ?

Notre Ami William Clapier qui participe activement aux marches pour le climat et aux activités du collectif a sorti un livre la veille du confinement dont le titre résonne avec force : Effondrement ou révolution ? Ed. Le Passeur.

On peut le commander ici : https://www.lalibrairie.com/
La librairie : distributeur en ligne alternatif aux circuits traditionnels, protègeant la librairie de proximité.

Découvrir ci-dessous le message que William nous adresse :

Chers amis,

Nous entrons dans notre cinquième semaine de confinement. Un constat semble s’imposer : le monde ancien se fissure de toute part. C’est le message de l’impact virulent de la pandémie actuelle. Quel monde émergera de ce que nous vivons aujourd’hui et qui est bien plus qu’une crise ?… Imprévisible avenir.Nous nourrissons, pour la plupart, l’espérance d’un autre monde. Vu « l’état d’effondrement moral et politique » que soulignait récemment Dominique Bourg, un monde durable et désirable ne pourra advenir sans une révolution intérieure. Une révolution qui commence à l’intérieur de soi, par une conversion, un retour aux sources de l’esprit. Je suis convaincu qu’il est impossible de modifier la logique matérialiste de notre mode de vie sans changer notre mode de pensée. Changer notre mode de vie suppose de changer nos idées, notre mode de pensée formaté par un style de vie consumériste qui attise cupidité et avidité. Le monde d’après – s’il doit être durable et désirable – implique un changement de paradigme. Des décisions d’ordre structurel peuvent y aider mais elles ne seront pas suffisantes. Nous sommes trop conditionnés par le système du « tout économique » qui régit nos sociétés, engendrant ce que nous savons et subissons. Comme le dit Einstein, on ne peut résoudre les problèmes avec le mode de pensée de celui qui les a provoqués. La révolution spirituelle est celle qui commence par une décolonisation de nos esprits contaminés par un système qui ne peut perdurer. Si on étendait à tous les habitants de la planète notre mode de vie « occidental » pratiqué aujourd’hui par environ un milliard d’humains, ce serait tout simplement impossible. Nous le savons. La terre serait littéralement dévastée ! La « conversion écologique » à laquelle appelle notamment le Pape François dans son encyclique « Laudato si » est un impératif éthique, un réveil des consciences que ce temps de confinement peut favoriser. Nous devons en retirer une orientation nouvelle. Cette période de retrait obligé, hors du commun, revêt une dimension captivante. Car nous sommes confrontés à un « défi de civilisation », un « choc existentiel » pour ressaisir les fondamentaux de la vie (Bruno Latour). En réalité, chacun d’entre nous est porté par la vie et coexiste avec tout le vivant. La révolution dont il est question, suppose une empathie – un regard bienveillant  – avec la nature. On ne protège bien que ce qu’on aime. Je ne suis pas extérieur à la nature, nous sommes de la nature. Prendre conscience de cette dépendance est si bienfaisant, vivifiant, enthousiasmant. Pensons aux nombreux psaumes de la Bible qui en parlent avec poésie (18, 103, 148, etc), qu’il est bon de relire et de méditer. L’avenir d’un monde durable et attrayant appartient aux amoureux de la nature, aux contemplatifs de son mystère, engagés pour la défense du vivant. Alors œuvrons résolument, là où nous sommes, à une vaste mobilisation intérieure ET collective. Celle-ci existe déjà à travers de nombreuses associations locales et nationales. Rejoignons-les !

Droits et environnement Lettre n°1 de la ligue des droits de l’homme

La Ligue des Droits de l’Homme publie sa première lettre thématique « Droits et environnement » – format pdf ICI.

Pour répondre collectivement aux défis environnementaux auxquels nous sommes confronté-e-s, de la crise climatique au déclin de la biodiversité, la protection des droits est déterminante : droit à un environnement sain, droit à l’eau et à un air respirable, mais aussi droits à l’information, à la participation et à la justice, droits à s’exprimer, à lancer l’alerte ou à manifester pour peser sur les décisions publiques et défendre les biens communs.