Répondre à : Technique : stockage cinétique de l’électricité

le blog Forums Forum public Technique : stockage cinétique de l’électricité Répondre à : Technique : stockage cinétique de l’électricité

#316
Bruno Botto
Participant

L’idée de stockage d’énergie sous forme d’énergie cinétique n’est pas nouvelle.
Elle a, entre autres, été expérimentée sur des autobus qui avaient un volant embarqué couplé à un moteur électrique.
Le bus démarrait son parcours avec le volant tournant à la vitesse maximale autorisée par les techniques de l’époque.
Le volant ralentissant au fur et à mesure qu’il alimentait le moteur électrique, il était relancé toutes les 3 ou 4 stations (ou plus) par une prise électrique sur son parcours.
L’inconvénient est l’effet gyroscopique du volant qui induit une force de Coriolis à chaque changement de direction du bus, entrainant des contraintes énormes sur les paliers et la stabilité du véhicule.
Le problème n’existe pas en situation statique.
Comme l’explique la vidéo les volants en métal coutent cher (fonte ou acier) bien que la fonte ne résiste pas tellement à des forces centrifuges conséquentes.
Le béton explose (se désintègre) très vite aussi. Il semblerait que la technique de ceinture par câbles en acier qui compriment le béton soit effectivement prometteuse si elle est maîtrisée.
Il faut savoir que l’énergie cinétique emmagasinée est proportionnelle à la masse et au carré de la vitesse de rotation.
L’intérêt est plus de jouer sur la vitesse que sur la masse. À volume égal l’acier est environ 3 fois plus dense que le béton.
L’avantage est que cela ne prend pas de place, que cela n’est pas polluant ; par contre cela peut être bruyant (sifflement et bruit du moteur).
Il faut placer l’ensemble dans une enceinte, sous vide étant l’idéal.
Une autre difficulté concerne l’équilibrage statique et dynamique de l’objet en rotation ; à ces vitesses (plusieurs dizaines de milliers de tours par minute, le moindre balourd engendre des vibrations capables de détériorer toute la machinerie.
Vous le constatez vous-même avec une roue de voiture mal équilibrée qui pourtant tourne à une vitesse très modeste en la circonstance, mais capable d’engendrer des vibrations et des contraintes qui vont rapidement détériorer le roulement à billes de la fusée de roue.

En gros ce que je peux dire de restes de cours de physique, et de la résistance des matériaux.

Bruno

NÎMES EN TRANSITION, collectif d'associations et de citoyens inscrits dans le mouvement des Territoires en transition, invite à prendre conscience des profondes conséquences de la convergence du pic du pétrole, du changement du climat et de la nécessité de s’y préparer concrètement. Il s’agit de mettre en place des solutions fondées sur une vision positive de l’avenir.