Paseo

Share

Date de la prochaine réunion du collectif Nîmes en transition, fin août :
https://framadate.org/KpWDyZKvCwrkoFFv
Framadate ouvert jusqu’au 17 juillet

Décidément, on arrête plus les Petits Débrouillards et les Incroyables Comestibles.
Les uns construisent des bacs avec de la récup., les autres les remplissent.
Après le collège Capouchiné, ils ont investit les abords de la résidence de jeunes travailleurs, le foyer « Charles Gide » qui appartiennent à la Ville, avec l’association Paseo.
Meriem Loumani m’a accompagné dans cette visite ; elle explique que ce sont des mamans du quartier de Pissevin à qui l’association apporte son soutient, qui entretiennent les bacs.

On voit en haut de l’image la serre des résidents du foyer
Cette initiative a donné des idées aux résidents du foyer qui imagine leur faire concurrence sur la partie du terrain qui leur est alloué.
Avec Meriem Loumani, de l’association Paseo

Ca balance pas mal au camp de Babaorum

Share

clique

Quand la journée de la transition s’appelait « soupe pour le climat »

Share

En novembre 2013, son pays ayant été ravagé par le typhon Haiyan, Naderev Sano, délégué philippin à l’ONU, a entamé un jeûne volontaire pendant la conférence sur le climat à Varsovie, par solidarité avec ses compatriotes qui luttaient pour trouver de la nourriture. Une trentaine de militants écologistes l’ont accompagné dans cette démarche, certains n’absorbant aucune nourriture, juste de l’eau, jusqu’à la fin de la conférence.

Le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement – CCFD Terre solidaire qui soutient ses partenaires des pays pauvres dans leur lutte pour la justice climatique, a répondu en écho par une série de journées de jeûne et de rencontre à Nîmes précédant la conférence de Paris, COP 21, du 12 décembre 2015.  Divers mouvements associatifs du Département du Gard travaillent depuis longtemps pour contester la prédation insensée des ressources naturelles par notre société de consommation. Dans le partage d’une même préoccupation pour la planète et ses habitants tous ont tenu à s’exprimer dans une grande manifestation publique et c’est ainsi qu’a été organisée une « soupe pour le climat » le 13 décembre 2015, place de la Calade, devant le théâtre Bernadette Lafond, le jour du fameux accord sur le climat.

La journée de la transition s’appelait juste autrement cette année là : « soupe pour le climat ».

Le CCFD Terre solidaire s’interroge maintenant sur l’opportunité de prolonger encore cette initiative, par exemple à l’occasion du deuxième anniversaire de la COP 21.

Ce sont les Iles Fidji qui organiseront la COP 23 à Bonn, en Allemagne, du 6 au 17 novembre 2017.

Avec Edmond Courbeau

Le Printemps finit sur les chapeaux de roues

Share

Mardi, Audrey THEBAULT nous a accueillis  dans les locaux de l’Association Protestante d’Assistance, place de l’Oratoire, pour présenter le projet du café d’Anaïs.

Porté par le réseau Anaïs qui regroupe de nombreuses associations d’accompagnement social, ce projet consiste à ouvrir un tiers-lieu Sud Gambette en janvier, à l’angle de la rue Nationale et de la place de l’Esclafidou :

  • Un café sur 60 m²
  • Un espace réservé à des ateliers et autres animations sur 60 m²

Ce jour là, l’association qui porte le projet a été créée.

Le lendemain, au café Olive, Isabelle FAYARD et Brigitte LAFOURCADE-FAGOT d’Hab-Fab réunissait les personnes intéressées pour monter un projet d’habitat participatif à Nîmes ou alentours : un groupe se dessine.

A la table d’à côté, quelques membres du collectif Nîmes en Transition plus quelques autres personnes planchaient sur le sujet de la gouvernance partagée, dans le cadre du MOOC* des Colibris.

* MOOC ( Massive Open Online Course ) : Cours d’apprentissage par internet.

L’été sera chaud !

Le Printemps vu par Ghislaine

Share

Je choisis la date de la prochaine réunion du collectif, fin juin,

à cette adresse : http://doodle.com/poll/nybp9hmxgcxqhhmu

Et Barbara, des Incroyables comestibles

Le Café d’AnaïsLa tente berbèreEco VéloVoilà le crocoMonnaie localeLulu ZEDFlexyourteSacsFai-da-teRécup. anti-gaspillageMaisons de terreLulu ZEDVerdure

Les Petits DébrouillardsLe Band à CiscoCisco du BandOn se lèveraChangez le systèmeLa photographeVrais MonnayeursTombolaCroco VéloCidamos

Quelques ajouts par Christophe

WelcomeMondialisationR-d’évolutionLa NefLes nouveaux bâtisseurs

Ils ont fait table ronde : l’énergie

Share

Lors de la journée phare du Printemps de la transition, une table ronde s’est tenue sur l’énergie ; voici ce que Marie-Pierre MERCIER & Jean-Pierre FORSTER en ont retenu :

Le 22 avril 2017, avenue Feuchère à Nîmes

Comment démarrer un projet citoyen de production en EnR, quelles sont les étapes et les points importants à respecter pour permettre la réussite du projet.

I/ Finalité
Ces projets s’inscrivent totalement dans une démarche globale de transition citoyenne et de démocratie locale. Ils ont vocation à dynamiser un territoire et à rassembler, si possible, citoyens et élus dans un travail commun.

2/ Etapes
2.1 Point de départ : repérer un site, si possible communal, et définir une technologie à mettre en œuvre (éolien, PV, micro hydraulique…)
2.2 constituer un noyau de « membres fondateurs » motivés et disponibles pour démarrer les contacts et les démarches
2.3 s’assurer au plus tôt de l’intérêt et de la collaboration des élus locaux ( mairie ou communauté de communes ) ou à défaut de collaboration, de leur neutralité bienveillante
2.4 contacter une structure pouvant confirmer rapidement et sans frais la faisabilité technique du projet ( ECLR, Enercoop LR ou autre ) et un coût global estimatif
2.5 créer une structure portant le projet ( association)
2.6 définir au sein du noyau dur les principes de financement et du tour de table ( citoyens seuls ou citoyens et structures participatives type Energie Partagée, citoyens et banques plus classiques )
2.7 définir la structure juridique et les principes de gouvernance de la structure finale de mise en œuvre et d’exploitation du projet
2.8 commencer le travail d’information locale par des réunions ouvertes pour étoffer le noyau dur et intéresser et agréger des citoyens au projet
Si les élus sont collaboratifs, s’appuyer sur eux pour ces réunions
2.9 communiquer plus largement que le périmètre communal au moyen de la presse ( articles , interviews)
2.10 retenir un partenaire ayant la capacité d’enclencher l’étude technique et financière et les démarches administratives ( Enercoop LR ou autre )
2.11 amorcer le tour de table financier auprès des citoyens

3/ Points importants
La démarche jusqu’à la mise en service du projet est longue ( plus ou moins selon les technologies ) et va s’étaler sur plusieurs mois voire années.
Il est essentiel que « le noyau dur » soit extrèmement motivé pour tenir la distance. Il doit aussi s’appuyer sur un essaimage afin de profiter de compétences et répartir les tâches
La participation des élus est un atout primordial dans la levée des réticences (voire des objections) locales et dans l’aide effective aux démarches administratives par leur connaissance des réseaux
La communication et la visibilité sur le projet ( site internet, page Facebook, réunions, présence dans les médias ) est indispensable
Une montée en compétence des piliers du projet sur les aspects financiers et communication est nécessaire pour accompagner un projet
Penser à utiliser tous les outils de communication via internet pour faciliter les échanges ( par ex création d’un wiki )
Ne pas hésiter à contacter d’autres porteurs de projets identiques ailleurs afin d’échanger et recueillir leurs expériences

Nîmes, deuxième ville d’Occitanie, après Toulouse

Share

Nîmes est la deuxième ville d’Occitanie, après Toulouse, à être inscrite dans le réseau Transition Network : image_network

Les enfants y sont déjà !

Share

Moi je cherche mais les enfants du collège Capouchiné à Nîmes y sont déjà : ils veulent créer des bacs de plantations pour les Restos du Coeur, ils vont partir visiter Todmorden, berceau des Incroyables comestibles, en anglais « Incredible edible » => cliquer sur le bac

Ils ont fait table ronde : la vie de la cité

Share

Lors de la journée phare du Printemps de la transition, Les Petits Débrouillards, HAB-FAB et Nébrasca ont partagé sur le sujet de la vie de la Cité. Merci Clara pour cette restitution :

Toutes les interventions, en particulier les réponses apportées par les participants, n’ont pas été retranscrites mais beaucoup de questions ont été évoquées qui appellent encore notre réflexion :
Selon vous, qu’est ce qu’être citoyen?
Réflexion sur l’espace public/privé
Est-ce que les citoyens peuvent s’approprier l’espace public?
L’espace public est-il l’UNIQUE lieu propice à la participation citoyenne?
A-t-on BESOIN d’espaces privés pour vivre en société?
 
Réflexion sur la place du citoyen dans la société
Est-on capable de changer un fonctionnement globalement ancré dans la société? (ex: déplacements systématiques en voiture, consommation dans les supermarchés….etc.)
Est-ce que me déplacer à vélo est un geste qui compte à l’échelle de la société?
Est-ce à travers notre consommation que nous avons le plus grand pouvoir d’agir?
Est-ce que des décisions majeures peuvent être prises par des citoyens?
Le citoyen a-t-il une place dans la prise de décision concernant la vie de la cité?
Sommes-nous libres dans nos choix de vie?
Comment mettre en place concrètement une participation citoyenne sur Nîmes / dans sa ville? »

Monnaie Locale : des nouvelles du Kroco

Share

Ça y est, nous connaissons maintenant le nom de la future monnaie locale nîmoise : le Croco (ou kroco ?)). Tel est le résultat de la consultation citoyenne lancée par les Vrais Monnayeurs de Nîmes et alentours, l’association porteuse du projet de Monnaie Locale Complémentaire et Citoyenne.

Pour le design des futurs billets, il est lancé un appel à contributions auprès des nîmois(es) et des voisin(e)s, s’adressant à toutes les tranches d’âge. Ainsi les élèves de primaire feront des propositions pour le billet de 20 krocos, les collégien(ne)s pour celui de 10 krocos, les lycéen(ne)s et étudiant(e)s pour celui de 5 krocos, les adultes celui de 3 krocos et le plus petit, celui de 1 kroco est réservé aux étudiant(e)s en arts appliqués, écoles d’infographie, clubs d’art…

Les propositions ne seront pas primées, mais toutes les propositions seront exposées au public, à l’occasion d’une quinzaine sur le thème Monnaie locale au Sémaphore, fin juin (sous réserve de confirmation de la programmation…).

Les propositions pourront être aussi bien graphiques (illustrations, pictogrammes, photographies,…) que textuelles. Il s’agira en fait d’exprimer sur les coupons les différentes valeurs de la charte tant par le dessin que par le texte, mais aussi de jouer avec le nom de la monnaie, l’histoire et la géographie locales, la faune, la flore, les traditions….

Pour en savoir plus : http://monnaielocale.nimesentransition.org/2017/04/26/le-dessin-des-billets-une-oeuvre-collective/

NÎMES EN TRANSITION, collectif d'associations et de citoyens inscrits dans le mouvement des Territoires en transition, invite à prendre conscience des profondes conséquences de la convergence du pic du pétrole, du changement du climat et de la nécessité de s’y préparer concrètement. Il s’agit de mettre en place des solutions fondées sur une vision positive de l’avenir.