Archives par mot-clé : journée de la transition

Fête des possibles

Le mouvement de la transition prend cette année une dimension européenne avec, à la rentrée un événement appelé ‘La Fête des Possibles », du 18 au 30 septembre 2017 et un focus particulier samedi 23 septembre 2017 « Journée européenne des territoires durables ».

L’Expo de Ouf se déroulera cette année à partir du 9 septembre jusqu’à fin octobre.

Le collectif Nîmes en transition avait choisi cette journée focus du 23 septembre, « Journée européenne des territoires durables », pour se rassembler sur l’Esplanade à Nîmes, mais le lieu n’étant pas disponible, c’est la journée du 30 septembre qui a finalement été retenue pour célébrer la fête des possibles, comme le 24 septembre 2016 et le 22 avril dernier, peut-être sous une forme légèrement plus groupée.

Les membres du collectif ont déjà été sollicités pour savoir s’il souhaitaient participer à l’événement ; pour les préparatifs, une réunion aura lieu lundi 28 août à 19h30 au café Olive.

L’idée est d’expérimenter une certaine façon de faire ensemble, soit dans les préparatifs, soit le jour-même, ambiance « transition » en somme…

Ont déjà répondu présents officiellement : La Roulotte Fai-da-te, Hab-Fab, Les Petits Débrouillards, La Monnaie Locale Complémentaire, Le Collectif Récup. Anti-Gaspillage, Le Band à Cisco, Enercoop, le Conseil en Architecture, Urbanisme et Environnement – CAUE du Gard, Lulu ZED, Espace Info Energie – CAUE, Association pour le développement d’innovation et d’entraide solidaire (ADIES), La NEF, Artisans du monde…

Avec le soutient moral du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement – CCFD Terre solidaire qui mijote à nouveau un projet de soupe pour le climat, en vue de la COP 23  du 6 au 17 novembre 2017.

Quand la journée de la transition s’appelait « soupe pour le climat »

En novembre 2013, son pays ayant été ravagé par le typhon Haiyan, Naderev Sano, délégué philippin à l’ONU, a entamé un jeûne volontaire pendant la conférence sur le climat à Varsovie, par solidarité avec ses compatriotes qui luttaient pour trouver de la nourriture. Une trentaine de militants écologistes l’ont accompagné dans cette démarche, certains n’absorbant aucune nourriture, juste de l’eau, jusqu’à la fin de la conférence.

Le Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement – CCFD Terre solidaire qui soutient ses partenaires des pays pauvres dans leur lutte pour la justice climatique, a répondu en écho par une série de journées de jeûne et de rencontre à Nîmes précédant la conférence de Paris, COP 21, du 12 décembre 2015.  Divers mouvements associatifs du Département du Gard travaillent depuis longtemps pour contester la prédation insensée des ressources naturelles par notre société de consommation. Dans le partage d’une même préoccupation pour la planète et ses habitants tous ont tenu à s’exprimer dans une grande manifestation publique et c’est ainsi qu’a été organisée une « soupe pour le climat » le 13 décembre 2015, place de la Calade, devant le théâtre Bernadette Lafond, le jour du fameux accord sur le climat.

La journée de la transition s’appelait juste autrement cette année là : « soupe pour le climat ».

Le CCFD Terre solidaire s’interroge maintenant sur l’opportunité de prolonger encore cette initiative, par exemple à l’occasion du deuxième anniversaire de la COP 21.

Ce sont les Iles Fidji qui organiseront la COP 23 à Bonn, en Allemagne, du 6 au 17 novembre 2017.

Avec Edmond Courbeau

Ils ont fait table ronde : la vie de la cité

Lors de la journée phare du Printemps de la transition, Les Petits Débrouillards, HAB-FAB et Nébrasca ont partagé sur le sujet de la vie de la Cité. Merci Clara pour cette restitution :

Toutes les interventions, en particulier les réponses apportées par les participants, n’ont pas été retranscrites mais beaucoup de questions ont été évoquées qui appellent encore notre réflexion :
Selon vous, qu’est ce qu’être citoyen?
Réflexion sur l’espace public/privé
Est-ce que les citoyens peuvent s’approprier l’espace public?
L’espace public est-il l’UNIQUE lieu propice à la participation citoyenne?
A-t-on BESOIN d’espaces privés pour vivre en société?
 
Réflexion sur la place du citoyen dans la société
Est-on capable de changer un fonctionnement globalement ancré dans la société? (ex: déplacements systématiques en voiture, consommation dans les supermarchés….etc.)
Est-ce que me déplacer à vélo est un geste qui compte à l’échelle de la société?
Est-ce à travers notre consommation que nous avons le plus grand pouvoir d’agir?
Est-ce que des décisions majeures peuvent être prises par des citoyens?
Le citoyen a-t-il une place dans la prise de décision concernant la vie de la cité?
Sommes-nous libres dans nos choix de vie?
Comment mettre en place concrètement une participation citoyenne sur Nîmes / dans sa ville? »