Archives par mot-clé : printemps

Le Printemps finit sur les chapeaux de roues

Mardi, Audrey THEBAULT nous a accueillis  dans les locaux de l’Association Protestante d’Assistance, place de l’Oratoire, pour présenter le projet du café d’Anaïs.

Porté par le réseau Anaïs qui regroupe de nombreuses associations d’accompagnement social, ce projet consiste à ouvrir un tiers-lieu Sud Gambette en janvier, à l’angle de la rue Nationale et de la place de l’Esclafidou :

  • Un café sur 60 m²
  • Un espace réservé à des ateliers et autres animations sur 60 m²

Ce jour là, l’association qui porte le projet a été créée.

Le lendemain, au café Olive, Isabelle FAYARD et Brigitte LAFOURCADE-FAGOT d’Hab-Fab réunissait les personnes intéressées pour monter un projet d’habitat participatif à Nîmes ou alentours : un groupe se dessine.

A la table d’à côté, quelques membres du collectif Nîmes en Transition plus quelques autres personnes planchaient sur le sujet de la gouvernance partagée, dans le cadre du MOOC* des Colibris.

* MOOC ( Massive Open Online Course ) : Cours d’apprentissage par internet.

L’été sera chaud !

Ils ont fait table ronde : la vie de la cité

Lors de la journée phare du Printemps de la transition, Les Petits Débrouillards, HAB-FAB et Nébrasca ont partagé sur le sujet de la vie de la Cité. Merci Clara pour cette restitution :

Toutes les interventions, en particulier les réponses apportées par les participants, n’ont pas été retranscrites mais beaucoup de questions ont été évoquées qui appellent encore notre réflexion :
Selon vous, qu’est ce qu’être citoyen?
Réflexion sur l’espace public/privé
Est-ce que les citoyens peuvent s’approprier l’espace public?
L’espace public est-il l’UNIQUE lieu propice à la participation citoyenne?
A-t-on BESOIN d’espaces privés pour vivre en société?
 
Réflexion sur la place du citoyen dans la société
Est-on capable de changer un fonctionnement globalement ancré dans la société? (ex: déplacements systématiques en voiture, consommation dans les supermarchés….etc.)
Est-ce que me déplacer à vélo est un geste qui compte à l’échelle de la société?
Est-ce à travers notre consommation que nous avons le plus grand pouvoir d’agir?
Est-ce que des décisions majeures peuvent être prises par des citoyens?
Le citoyen a-t-il une place dans la prise de décision concernant la vie de la cité?
Sommes-nous libres dans nos choix de vie?
Comment mettre en place concrètement une participation citoyenne sur Nîmes / dans sa ville? »