Les missions du Collectif ? Son fonctionnement ?

Share

Résumé de la plénière Collectif Nîmes-en-Transition du 6 janvier 2022

Repenser l’organisation du Collectif Nîmes-en-Transition et/ou de l’AssoNeT ?

A l’origine du Collectif : « Comment (et quoi) peut-on faire à notre niveau pour aider à la transition énergétique (et citoyenne) ?». Le collectif s’est ensuite doté d’une association de gestion technique : l’AssoNeT (assurances, autorisations d’occupation de la voie publique…). Il n’y a pas d’adhésion formelle au Collectif. Il est donc parfois difficile de prendre des décisions de façon réactive.

Besoin d’une réflexion pour redéfinir les missions du Collectif ? Son fonctionnement ?
Toilettage et élargissement de l’AssoNeT
ou évolution du Collectif Nîmes-en-transition ?

Pour répondre à ces questions : organiser un séminaire cet hiver/printemps.
L’AssoNeT constitue un groupe de travail ouvert à toutes et tous pour organiser ce séminaire (questions, décisions à prendre, ateliers éventuels, organisation matérielle, …). Première réunion mercredi 19 janvier à 20h (Café d’Anaïs sous réserves).

Date du séminaire ?

Un Framadate est proposé à toutes et tous pour choisir collectivement la meilleure date : https://framadate.org/f7mzbFGypTZhTC3J

Dans l’attente, l’AssoNeT est habilitée à prendre toute décision d’urgence au nom du Collectif.

Compte-rendu complet de la réunion : 

Meilleurs vœux pour 2022

Share

Une petite carte de vœux à la thématique animale, pour se souvenir que la Transition c’est aussi la préservation de la biodiversité.

La Terre Solidaire vous remercie !

Share

pour votre participation à la Marche pour le climat du 6 novembre 2021

Ce n’était pas la première fois qu’on marchait sur les boulevards, tout autour du centre ville à Nîmes, mais vous ne vous êtes pas lassés. Il est vrai que la réunion de la COP 26 à Glasgow  justifiait un effort particulier, mais, en tant que partie à l’organisation:

Nous avons senti une belle unanimité entre nous pour la défense de l’environnement, pour la lutte contre les inégalités face au changement climatique.

Nous avons reconnu au cours des longues réunions de préparation de cette manifestation, comme au cours de cette journée, la même confiance réciproque qui a régné entre les diverses associations membres  des collectifs nîmois de « Citoyens pour le Climat » et de « Nîmes en Transition ».

Nous avons éprouvé un même sentiment de reconnaissance les uns envers les autres, la  même bienveillance.

N’oublions pas ces moments de rêve. C’est sur eux que se fonde notre force.

Car nous n’avons pas d’illusions :

Nous n’étions pas si nombreux que çà. Il n’y a pas eu la véritable mobilisation de masse attendue malgré la mise en œuvre de tous les moyens de communication possibles et imaginables.

Les échos mi-figue mi-raisin des médias ne sont pas ceux que nous pouvions espérer.

Le message que le CCFD-Terre Solidaire  voulait faire passer à propos du système de compensation du carbone et de ses effets pervers sur les terres agricoles était compliqué, même si nos petites scénettes voulaient le rendre abordable.

Après Glasgow, les lobbies productivistes viendront encore à la rescousse pour sauver l’humanité en vendant leur camelote sur les rayons du black-Friday, en échange de la plantation d’arbres quelque part, loin d’ici, là où l’on assassine les militants.

Le travail n’est pas terminé. Allez ! On ne lâche rien !

Edmond Courbaud,

et l’équipe bénévole  du CCFD – Terre Solidaire du Gard

Alter’Éco30 à Vauvert

Share

Bonjour à toutes et tous,

Bruno et Anne Lorthiois nous feront découvrir leur « éco-lieu » fondé il y a bientôt 25 ans sur la commune de Vauvert, chemin des Canaux : Alter’Eco30 (https://www.altereco30.com ).

Bruno, Anne et leurs trois enfants ont transformé leur ferme agricole en un éco-lieu participatif. L’objectif : trouver des alternatives économique et écologique durables pour mener une vie la moins polluante possible.

Continuer la lecture de Alter’Éco30 à Vauvert

Écrivons ensemble notre avenir !

Share

Contrairement au message véhiculé par beaucoup de média, si l’on arrêtait tout d’un coup d’émettre autant de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, les conséquences favorables sur le climat et la qualité de l’air se feraient rapidement sentir.

CC BY-SA 2.0

C’est ce que rappelle la vice-présidente du GIEC, la Française Valérie MASSON-DELMOTTE qui a supervisé le rapport du 9 août 2021 : « l’inertie, ce n’est pas celle du climat, c’est celle de nos infrastructures, les voitures, les systèmes de chauffage, les usines, les pratiques agricoles etc. ».

Évidemment, une fois qu’on a dit çà, on n’a pas trouvé la solution pour nos infrastructures mais tout de même, çà change fortement la perception :

1. dans le rétroviseur : il est confortable pour les tenants de l’immobilisme de chercher à nous faire croire que tout est écrit d’avance et que l’on n’aurait plus qu’à subir stoïquement un dérèglement climatique hérité de nos parents ;

2. dans le viseur : nous avons toutes les cartes en main pour écrire ensemble notre avenir et celui des générations futures.

Autre idée reçue : celle de désigner la COP comme la dernière chance pour sauver le climat ; les dirigeants manquent encore d’acuité pour entendre le peuple ou bien – dans les democraties – le peuple n’a pas exprimé assez clairement ses attentes.

Cette dernière chance pour sauver le climat et, derrière lui l’humanité qui a toujours su s’adapter, il est temps de la saisir, samedi lors de la marche pour le climat à 14h sur l’Esplanade, puis au lendemain de la COP26, avec espérance et détermination.

Share

1 – Succès de la conférence de presse du 27 septembre
Cette conférence de presse avait pour but de faire connaître les prochaines manifestations liées à la COP 26 et les associations qui en étaient à l’initiative.
Midi Libre et France Bleu Gard Lozère en ont fait une bonne présentation.

2 – Rappel des prochains événements en lien avec la COP
– 7 octobre  à 20 h au Sémaphore: projection du film « Le monde selon Amazon » avec ATTAC et le collectif de Fournès
– 10 octobre à Saint-Génies de Malgloires : Fête de la Confédération Paysanne à Saint-Géniès (au lieu du 3 octobre initialement prévu)
– Du 12 au 17 octobre : semaine Urgence PauvretéS organisée par le réseau ANAÏS
– 16 octobre : Journée Mondiale de l’Alimentation. ACF (Action contre la Faim) lance un concours de dessins pendant 1 mois (relayé par la presse), visant à sensibiliser l’opinion sur les forces en présence au cours des Conférences Mondiales pour l’Alimentation
– 16 octobre : Journée plénière « Urgence PauvretéS » place St Charles, par le Collectif du Réseau Anaïs et différentes associations à thématique spécialisée.
– 22 octobre : Conférence gesticulée avec Mathieu Dalmais « de la fourche à la fourchette »
– 6 novembre (date finalement confirmée): Marche pour le Climat organisée par CPLC Nîmes en lien avec Nîmes en Transition et diverses associations, dont ATTAC, CCFD-Terre Solidaire, ACF, Nîmes Sel, Eglise Verte, Nimesel, Colibris, Femmes Solidaires, entre autres.

3 – Propositions de la Commission Communication de la Marche pour le Climat
Pour atteindre le grand public à propos des enjeux environnementaux, le choix a été fait de deux types d’action :
– Action porteur de parole, c’est-à-dire à la rencontre des gens pour recueillir leur avis sur une question inscrite sur un panneau, Les réponses sont transcrites sur d’autres panneaux dans toute leur diversité, sans critique ni exclusion et exposées sur place, dans la rue.
– Action antipub, c’est-à-dire recouvrir des panneaux publicitaires avec des messages à impact.

La Marche pour le Climat ayant lieu de 6 novembre, le retro planning est le suivant
– 5 Novembre action porteur de parole (PP) + flyers
– 3 Novembre action PP + flyer
– 2 Novembre au soir 20h-20h30 action antipub
– 30 Octobre action porte-parole + flyer
– 23 Octobre action PP + flyer
Proposition intéressante évoquée lors de la réunion CPLC du 4 octobre : tracter à la sortie de la Fac Vauban.

(Suggestion hors débat de la Commission Communication : Aller plus loin / Faire en même temps une action porteur de parole).

Rédigé par Edmond le 05/10/2021

« bouge ta COP » #1

Share

Une conférence de presse s’est tenue lundi 27 septembre au café d’Anaïs en présence de plusieurs journalistes et avec la participation de toutes les associations qui coopèrent pour animer à Nîmes une grande campagne BOUGE TA COP, à la veille de la 26ème Conférence des Parties (COP 26) sur le climat à Glasgow en Ecosse, du 2 au 12 novembre prochain.  Il s’agit de la dernière rencontre avant la mise en œuvre de l’Accord de Paris de décembre 2015 (COP 21). Elle s’annonce comme déterminante pour les Etats qui doivent finaliser le manuel d’application de la mise en œuvre de l’Accord et l’atteinte des objectifs fixés.

Le lendemain, France Bleu Gard Lozère et Midi Libre l’ont fort heureusement largement relayé :

    Chacune des associations est convaincue que les questions environnementales ne peuvent s’envisager en dehors des questions de justice sociale et inversement. Fortes de cette convergence de vues et d’objectifs, les associations ont donc décidé de coopérer pour donner à chacun des événements  listés ci-dessous le maximum de retentissement.

“La fin de l’histoire de l’humanité n’est pas écrite. Le stylo est entre vos mains”, c’est l’un des slogans qui inspireront la Marche pour le Climat, à l’initiative des Citoyens pour le Climat – CPLC Nîmes, où nous pourrons tous nous rassembler.

– Les 2 et 3 à la Placette : le festival du Comité de quartier,

– Le 3 au cimetière protestant : « clean walk », avec l’Église verte de Nîmes-Nord,

– Le 3 à Saint-Génies-de-Malgoirès : la fête annuelle de la Confédération paysanne,

– Le 7 au Sémaphore : « Le monde selon Amazon », avec l’association Attac-Nîmes

– Du 12 au 17 et en point d’orgue le 16, place Saint Charles : la semaine Urgence pauvretés, avec le réseau ANAÏS,

– Le 22 : une conférence gesticulée « pour une sécurité sociale de l’alimentation »,

– Enfin, la marche pour le climat avec CPLC Nîmes, au moment de la COP 26.

Rapport du GIEC : analyse

Share

Devant le succès remporté par notre dernière publication » le rapport du Giec en 18 graphiques« , nous n’hésitons pas à vous proposer une autre analyse, en vidéo cette fois :

https://fb.watch/7xCwX_r61Y/

Le rapport du GIEC
en 18 graphiques

Share

Lire cet article du Monde.fr qui condense en 18 graphiques commentés le résumé pour décideurs publié par le GIEC

Extraits :
Plus précis. Plus alarmant. Plus fiable. Plus pédagogique.
Le groupe-1 du GIEC vient de publier son rapport dans le cadre de la préparation du 6ème rapport de ce Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Le premier fut publié en 1990. Il servit de base scientifique à l’élaboration de la Convention Climat de l’ONU, signée à Rio de Janeiro en 1992. [../…]

Cette note présente le résumé pour décideurs du groupe 1 et son document « réponses aux questions fréquentes » à travers une sélection de graphiques rapidement commentés. Elle ne porte donc que sur la physique du climat.

1. Ce que l’on savait en 1990,
ce que l’on sait en 2021…

Continuer la lecture de Le rapport du GIEC
en 18 graphiques

Nîmes-en-Transition au Conseil de développement de Nîmes Métropole.

Share

Elaborée collectivement à l’initiative de Nîmes-en-Transition au moment des élections municipales, la version locale du Pacte pour la Transition a été signée dans plusieurs communes de l’agglo, visant à plus d’écologie, de solidarité et de démocratie.

A ce titre, Nîmes-Métropole nous offre donc un siège au Conseil de développement et pour cela nous demande de proposer une femme et un homme, l’un.e ou l’autre devant être par la suite désigné.e en fonction du critère de parité homme-femme parmi les conseillier.ères.

Continuer la lecture de Nîmes-en-Transition au Conseil de développement de Nîmes Métropole.

NÎMES EN TRANSITION, collectif d'associations et de citoyens inscrits dans le mouvement des Territoires en transition, invite à prendre conscience des profondes conséquences de la convergence du pic du pétrole, du changement du climat et de la nécessité de s’y préparer concrètement. Il s’agit de mettre en place des solutions fondées sur une vision positive de l’avenir.