Archives de catégorie : Nîmes en transition

CR Rencontre du collectif du 15/09/2020

Au sommaire

– Discussions

– Des nouvelles des absents

– Règlement local de publicité

– Cit’en – projet photovoltaïque

– Colibris fait sa part

– Le Pacte pour la transition

– Agenda

Présent.e.s : Janie, Jacques, Nina, Agnès, Sylvie, Mylène, Claude, Jérémie, Colin, Stéphane, Brigitte, Josiane, Claudine, Claude, Anne, Alain, Jean-Pierre, Marie-Pierre, Bérengère, Christian, Paul, Virginie et Christophe.

Excusé.e.s : Jean, Gabrielle, William C., William A., Ghislaine

Merci Anne pour ton accueil

Merci Christian pour le compte rendu

Pour laisser le temps aux derniers participants de nous rejoindre, Christophe entonne, sur un air de Brassens, le poème de Jean Richepin qui lui a valu un séjour en prison en 1876, pour outrage aux bonnes mœurs.

Il est 18:15

DISCUSSIONS

#StopAmazonFournes : la nouvelle majorité à la Communauté de communes du Pont du Gard est opposée à l’implantation d’un centre logistique d’Amazon sur la commune de Fournès. Le recours contre le permis de construire a peu de chance d’aboutir, car c’est la commune qui en décide, en la matière.

« Plus jamais ça », est un collectif national d’associations et de syndicats qui a lancé une pétition avec 34 mesures de rupture, face à l’urgence sanitaire. A Nîmes, il regroupe en particulier la CGT, la Confédération Paysanne, la FSU, la Ligue des Droits de l’Homme, CHANG, ATTAC, Solidaires.

Quelle belle idée qu’un rapprochement entre travail et climat ! mais ces journées des 25 et 26 septembre ne sont pas à l’ordre du jour du collectif local « Plus jamais ça ».

Le Collectif Stop Monsanto – Bayer vous invite à organiser un événement à Nîmes pour participer à la mobilisation “Notre Assiette Pour Demain”. Cette mobilisation se déroulera le samedi 17 octobre, partout en France sur la thématique de l’agriculture et de l’alimentation. Elle reprend le format des marches climat, une manifestation qui rassemble le maximum de public.

Super idée mais pas spontanément de porteur autour de la table.

Jérémie la soumettra à CPLC.

Après deux années de campagne, la pétition de 1 035 000 signatures a été portée au ministère de l’environnement où Barbara POMPILI l’a signée également !

Un dernier rassemblement de « Nous voulons des coquelicots » aura lieu vendredi 25 septembre.

Le Mouvement réfléchit à peut-être réapparaître sous la forme « Nous voulons des paysans ».

Faisant suite à l’annulation du forum des associations par la municipalité, sous des prétextes contradictoires, une lettre ouverte signée par 47 associations a été adressée (par mail) au maire mais aussi aux adjoints en charge de la culture, de l’environnement et des sports. A ce jour, aucune réponse ne nous est parvenue.

NOUVELLES DES ABSENTS

Eco-vélo

Nabil et Saïm ont repris l’activité – asso en cours de montage « L’Heureux cycliste » (ou « Le Recycliste ?), soutenus par Réa-Nîmes, sur le site de la ressourcerie, route d’Arles.

Les Incroyables Comestibles

L’asso vivote un peu, faute de temps et de bénévoles. Toutes les bonnes volontés seront les bienvenues mercredi 27 septembre pour faire un état des bacs installés dans la ville. Rendez-vous avec Valérie et Christophe devant le lycée Albert camus à 16h30.

Le club sciences du collège Capouchiné

L’initiative « un jardin dans ma ville » (bacs de plantes) a été portée par les élèves ; les habitants ne s’étant pas appropriés les bacs, à côté du gymnase de la Camargue, ceux-ci vont être rapatriés dans l’enceinte de l’établissement.

Cette année, après avoir reçu un prix académique l’année dernière, la micro-entreprise des collégiens accompagnés par William Ajenjo, va se lancer dans la fabrication d’objets à base de bambous.

Happy camper Compostage

Des nouvelles de Tanzania mais pas de nouvelles de l’asso…à suivre.

Les Petits débrouillards

A la suite du départ de Patrice et Clara, pas encore de reprise de contact avec l’asso cet été…

En attendant, bon vent à nos ami.e.s !

CONCERTATION AUTOUR DU RENOUVELLEMENT DU REGLEMENT LOCAL DE PUBLICITE (RLP) A NIMES

En tant que membres de l’association « A.R.B.R.E.S. gardiens de l’ombre », Claudine, Alain et Gilles, ont participé à la réunion de concertation avec les associations, relative au Règlement Local de publicité de la ville de Nîmes.

Les représentants de Paysages de France, PDF, ont été très incisifs et ont demandé une fusion de zones afin de réduire les inégalités de traitement des citoyens de part l’actuelle différence de traitement de leur environnement ; pénétrantes, zones commerciales et quartiers périphériques populaires chargés de panneaux de grande superficie.

La présence de mobilier urbain déployant majoritairement des messages publicitaires, en pourtour du Centre historique et dans la proximité de Monuments historiques, etc. a été dénoncée.

Les publicités lumineuses et numériques ont aussi été dénoncées.

Enfin, l’absence de mesures de contrôle de la législation et de l’actuel RLP ainsi que de sanctions des contrevenants a été aussi pointée.

A plusieurs reprises nous avons pointé la contradiction entre ce RLP et la candidature de la ville à l’inscription au patrimoine mondial par l’UNESCO.

Sur la forme, nous avons notamment pointé l’absence d’élus.

Réunion publique d’information lundi 28 septembre prochain à l’auditorium du Carré d’Art.

Présentation du projet au Conseil municipal de novembre prochain avant enquête publique.

VENDANGES DE GRAPPES PHOTOVOILTAIQUES POUR CIT’EN

L’association Cit’en, membre de Nîmes en transition, œuvre pour la transition énergétique sur le territoire de Nîmes Métropole : Sobriété, Efficacité, Energies Renouvelables. Elle a été lauréate 2018 de l’appel à projets  #Dédé de Nîmes Métropole (communication et premières études de faisabilité technico-économique sur 10 toitures) et de l’appel à projets régional Energies Renouvelables Coopératives et Citoyennes (études, Prime citoyenne : Chaque fois qu’un citoyen investit un euro dans le projet, la Région Occitanie verse 1 €)

Pour équiper des toitures publiques ou privées de panneaux photovoltaïques, la SAS à forme coopérative Oc’citen a été créée. Elle est en phase de collecte de financement. Vous pouvez devenir sociétaire et participer à la gestion en acquérant une part sociale de 50 €uro. Vous pouvez aussi placer au taux de 3% jusqu’à 450 € en compte-courant d’associé remboursable. Ce sont ces sommes qui déclencheront le versement de la prime citoyenne de la Région. Nous avons déjà le financement pour équiper 3 toitures d’ici fin 2020 mais il faut aussi pouvoir continuer les installations en 2021…

Pour compléter le financement de la subvention de Nîmes Métropole, l’association  a lancé depuis le 3 septembre un financement participatif sur la plateforme zeste. Il reste seulement jusqu’au 2 novembre pour aider Cit’en à financer les premières études de faisabilité technico-économiques réalisées pour 4 toitures. La cagnotte monte mais nous avons encore besoin de 2 600 €uro pour atteindre notre objectif.

Vous pouvez nous retrouver sur notre site www.citen.fr (vous retrouverez le bulletin de souscription et le financement participatif) ; nous contacter contact@citen.fr ou occiten@citen.fr ; nous appeler 06 70 46 91 48 ou 06 84 09 50 28.

COLIBRIS FAIT SA PART

Le mouvement Colibris a été fondé en 2007

Inspirer relier soutenir les personnes ou collectifs qui souhaitent aller vers un monde plus humain, plus respectueux du vivant

Comment globalement ?
Outilleur, facilitateur
– La Fabrique
– Outils libres : vilains GAFAM
– Le Mag
– L’agora (rencontres nationales autour d’un thème choisi cette année nouvelles installations en zone rurale)
– La boutique
– L’université des Colibris : cours en ligne : zéro déchet, permaculture, gouvernance partagée… >
– le prochain sera plutôt axé sur le changement intérieur pour « grosso modo » faire le deuil du monde qu’on est en train de détruire pour passer à l’action. Ce mooc sera la première étape d’un nouveau cap qui se profile à Colibris pour 2021 : convergence avec d’autres ong/asso de la transition nationalement et localement, et faire un focus sur les territoires et capitaliser ce qui a marché ou pas… Pour rendre ces informations accessibles à tous !

Et localement ?
– Les groupes locaux
Leurs missions déclinées sur le territoire : Inspirer, Relier, Soutenir.
Les rencontres (projections, rencontres, mises en lien…),
Colibris ce n’est pas faire à la place de… C’est faciliter, outiller, faire du lien sur le territoire…à sa mesure.
Le groupe local de Nîmes existe depuis 6 ans et a vu émerger :
LuluZed, la Nef 3.0, le collectif Luciole…

Il a soutenu le pacte pour la transition.

La suite pour le groupe local de Nîmes ?
Assez flou, manque de temps, de monde et d’énergie… Colibris c’est aussi ce qu’on en fait. Le groupe local pourrait se reconstituer sur une nouvelle dynamique avec mon soutien, plus en retrait…


Si ça vous intéresse de venir vous impliquer dans le « cercle cœur » (organe de coordination du groupe local), pour redonner une dynamique aux Colibris de Nîmes : Réunion du la semaine prochaine avec des personnes qui peut-être relanceraient le groupe local
Ecrire à : nimes@colibris-lemouvement.org

PACTE POUR LA TRANSITION

Le pacte pour la transition est un ensemble de propositions élaborées par 60 assos nationales – expert.e.s et citoyen.e.s, avant les municipales, pour bâtir des communes plus écologiques, solidaires et démocratiques. Porté localement, à l’initiative du collectif Nîmes-en-transition, il a été signé par plusieurs maires dont le maire de Nîmes, ce qui engage indirectement l’Agglo.

Des contacts très nourris ont été pris avec certaines nouvelles équipes.

PCAET (plan climat) et PAT (projet alimentaire territorial) sont au menu des groupes de travail.

La réunion constitutive de l’équipe de suivi est programmée jeudi 24 septembre à 18h30 à La Verrière ; ce rendez-vous est réservé aux volontaires pour s’engager sur toute la durée du mandat municipal, soit six ans. D’autres pourront bien sûr attraper le train en marche.

Faut-il pousser la démarche en direction des départementales et des régionales ?

Christophe a consulté d’autres collectifs gardois : Le Vigan, Arpaillargues et Aureillac, Collias, Cévennes en transition ; ils réfléchissent aussi pour l’instant, parfois peu nombreux mais motivés et compétents. Reste à contacter : Bagnols-sur-Cèze.

Parmi les invités à œuvrer dans l’équipe de suivi : le réseau ANAIS et la Jeune Chambre Economique du Gard, sur les compétences-phares du Département (la solidarité) et de la Région (l’économie).

Jacques évalue que la moitié des propositions du pacte concernent aussi Département et Région.

Pour Brigitte, çà dépendra de l’état des forces en présence lors de la réunion constitutive, le 24.

Jérémie est partant, dans cette perspective.

Paul va nous rejoindre.

AGENDA

Fête de La Placette

Samedi 26 septembre de 14h00 à minuit

14h-17h30 : Forum des associations ; des tables sont déjà réservées pour Nîmes-en-transition, Cit’en, Réa-Nîmes, le Krôcô…; il en reste pour les autres assos dans la limite des possibilités.

18h : Marionnettes au Petit Théâtre de la Placette

19h : Jungle Box musique

20h30 : La Nina de Fuego

21h : Gypses Flamenco

Ciné / débat : « un pays qui se tient sage » de David Dufresne

Mercredi 30 septembre à 20h au Sémaphore (réservation  conseillée)

Débat avec Attac et Un avocat du syndicat des avocats de France.
« Alors que s’accroissent la colère et le mécontentement devant l’injustice sociale, de nombreuses manifestations citoyennes sont l’objet d’une répression de plus en plus violente. Un film qui invite les citoyens à approfondir, interroger et confronter leurs points de vue sur l’ordre social et la légitimité de l’usage de la violence par l’Etat.

Fête de la Conf.

Dimanche matin 4 octobre, devant la mairie de Saint-Géniès-de-Malgoirès,.

Paul nous invite à la fête de la Conf’, à Saint-Géniès-de-Malgoirès.

9h-13h : marché paysan

10h30-midi : débat « une défense paysanne pour l’élevage paysan »

Stands, buvette, animaux.

Débat : « effondrement ou révolution ? »

Mardi 6 octobre à 19h, auditorium du lycée Saint-Vincent-de-Paul

Jérémie nous propose un temps de discussion avec William Clapier autour de son livre « effondrement ou révolution ».

Anîmerie : Terres de lien

Mardi 13 octobre de 18h à 20h à La Courte Echelle, 11bis rue de Genève

Dans le cadre des Anîmeries de la NEF (un rendez-vous par mois à la Courte Echelle), l’association invitée sera « Terres de Liens ».

Débat : « L’espérance chrétienne face aux crises écologiques »

Jeudi 5 novembre à 20h, auditorium du lycée Saint-Vincent-de-Paul

Dans le cadre du Festival des solidarités FESTISOL, débat organisé par le CCFD-Terre solidaire sur le thème : « L’espérance chrétienne face aux crises écologiques »

Le programme du festival – deuxième quinzaine de novembre – est bientôt bouclé : les assos qui le souhaitent peuvent encore s’inscrire.

En gestation :

– Fête à la ressourcerie Réa-Nîmes, route d’Arles, début octobre, à l’occasion de la quinzaine des ressourceries (village d’assos ?).

– Marché des producteurs, organisé par le GASE, aussi à la ressourcerie. Josiane propose d’en faire un marché de Noël.

Réflexions :

Au vu de tous ces rendez-vous, Jacques s’inquiète de la possible dispersion des bonnes volontés et insiste sur la pédagogie à mettre en place auprès de nos interlocuteurs. Josiane suggère de réfléchir à la cohérence des liens entre nos associations et mouvements.

Le Jardin intérieur accueillerait volontiers dans quelques temps un forum du collectif Nîmes-en-transition, comme il y en a eu un il y trois ans, c’est-à-dire une journée où on pose les agendas, pour discuter de sujets de fond, de « comment çà marche (ou pas) ? » et passer un bon moment.

Il est 20:15

Le Pacte…sans transition !

Bonjour, 
Comme vous le savez sans doute si vous avez suivi les infos locales, plusieurs maires de Nîmes-Métropole, à Manduel, Marguerittes, Nîmes et Poulx, soit presque les deux tiers de la population, ont signé le Pacte pour la Transition que nous avions proposé à tous les candidats aux élections municipales : http://www.nimesentransition.org/doc/Pacte-synthese.pdf

Sans transition, nous avons participé aux conseil municipaux « d’installation », à Nîmes vendredi, à Marguerittes samedi, pour leur dire que ça commençait maintenant !

D’autres candidats, qui l’avaient signé également mais dont la liste n’a pas été élue, sont néanmoins conseillers municipaux aujourd’hui. 

Il leur appartient désormais de mettre en œuvre les trois principes généraux du Pacte ainsi que les mesures spécifiques sur lesquelles ils se sont engagés, parmi les 32 propositions du Pacte.

Côté groupe de pilotage, nous nous sommes engagés à les accompagner de façon citoyenne dans la mise en œuvre de ces actions concrètes durant toute la durée de leur réalisation et à communiquer sur leur avancement.

Rançon du succès de notre mobilisation, la tâche qui nous attend est importante et nécessite des femmes et des hommes pour participer activement à faire vivre cet engagement citoyen dans la durée du mandat qui démarre.

Venez partager cette expérience humaine et écologique – que ce soit sur un thème particulier :

– la démocratie, la citoyenneté
– l’économie, la finance
– l’alimentation, l’agriculture, l’eau
– le logement, l’aménagement
– l’énergie, la mobilité
– les déchets, le réemploi
– la solidarité, le vivre-ensemble
– la sensibilisation, la formation
– les arts
ou de façon plus transverse.

Une réunion sera organisée le lundi 31 août 2020 de 18h15 à 20h à La Verrière – 25 rue Portes d’Alès à Nîmes afin de caler l’organisation générale de cette mission du travail d’accompagnement à la mise en œuvre du Pacte par les maires et au niveau de l’Agglo, la constitution du comité de pilotage et des équipes thématiques, etc. Un ordre du jour plus complet (et ouvert, comme d’habitude !) vous sera communiqué d’ici là.

Afin de donner plus de poids encore au Pacte pour la Transition « à la nîmoise », nous vous invitons – si ce n’est pas déjà fait – à soutenir le Pacte en cliquant sur le lien ci-dessous :

Cordialement,

Brigitte, Christophe, Claude, Jacques, Josiane, Marie-Pierre

Le second tour, c’est le 28 juin…

Une opportunité pour accélérer la transition écologique, démocratique et sociale sur ton territoire ? Le mandat qui va commencer est le dernier à pouvoir mettre en place une vraie Transition écologique, solidaire, citoyenne.

En matière de Climat et de biodiversité, il nous faut « en même temps » gérer l’inévitable et éviter l’ingérable.

Pour soutenir les 32 mesures du Pacte, diffusez sur les réseaux sociaux les vignettes thématiques :

CR Rencontre du Collectif du 15/01/2020

Personnes présentes : Jérémie ‘CPLC’ (citoyens pour le climat), Jacques R. et William ‘CPLC’,  Michèle ‘ASAP’ (amitié soutien aide partage), Isabelle ‘Harmonîmes’, Bérengère, Bruno ‘ATTAC’, Josiane ‘Eau-bien-commun’ et ‘ATTAC’, Claude ‘La Nef’, Jean ‘Ligue des droits de l’homme’, Laurence et Fanny ‘Lulu Zed’, Josefa, Janie ‘CHANG’ (collectif halte au nucléaire Gard), Claudine ‘ARBRES gardiens de l’ombre’, Anne ‘Nymphéas’, Brigitte et Stéphane, Marie-Pierre ‘Cit’en’, Magali ‘Nymphéas’ et ‘Terre-de-convergence’, Christian ‘Les Mille Couleurs’, Paul ‘CGBGD (collectif gardois pour la bonne gestion de nos déchets)’, Dominique, Sophie (projet d’habitat solidaire), Annick, Henry ‘Café ANAÏS’, Franck et Jacques S. ‘Les vrais monnayeurs de Nîmes et alentours’, Alain ‘Les Coquelicots’, Solène et Mila ‘SEDD’ (semaine étudiante du « DD »), Lucie ‘Le Jardin intérieur’, Cécile, Christophe ‘CCFD Terre solidaire’, Ghislaine.

Un grand merci à Anne pour son accueil à la Verrière et à Christian pour le compte-rendu!

Le collectif accepte de verser une petite participation à Démosphere, Framasoft, le Café d’Anaïs (dont la contribution est fixée à 50€) ainsi qu’à Radio Alliance plus, sous condition de la reprise du partenariat (chronique…).

L’Asso-NET (et non la sonnette) est la structure administrative du collectif, nécessaire pour les obligations d’assurance, de demande d’autorisation, d’occupation du domaine public, d’ouverture d’un compte en banque. Elle ne comprend volontairement que peu de membres (6) de façon à ne pas être dominante sur le collectif. Il est décidé d’y accueillir de nouveaux membres du collectif citoyens pour le climat (CPLC) afin de permettre à celui-ci de s’y appuyer sans forcément l’aval de Nîmes-en-Transition. 

Un étudiant en master 1 en psychologie sociale et environnementale est attendu pour un stage de janvier à avril. Il devrait aider à développer le blog en lien avec le site et les réseaux sociaux. Jacques prendra rapidement contact avec lui pour lui confirmer.

Solidarité entre les membres : Claude regrette le manque de soutien apporté à Eco-vélos, une association qui récupère des vélos, les répare et les donne à ceux qui n’ont pas les moyens (en lien avec la Ressourcerie Réa-Nîmes), il est question de relancer l’activité. Les Incroyables Comestibles qui ont mis en place de nombreux bacs ont du mal à se développer.

Plusieurs d’entre nous sont engagés dans la campagne municipale ; le collectif a choisi une complète neutralité vis-à-vis des partis et des candidats ; la seule consigne est d’aller voter.

Le pacte pour la transition, projet conçu au plan national par soixante associations, des experts une large concertation citoytenne, a été adapté dans une version locale à l’initiative de Nîmes-en-Transition ; il associe environnement et social dans un cadre démocratique revivifié. Retentissement médiatique important lors de la dernière marche pour le climat. Nous avons besoin de soutiens (cliquer et diffuser sans modération) :

Pour découvrir le pacte : http://www.nimesentransition.org/pacte-pour-la-transition/

Pour le soutenir (gratuit) : http://www.nimesentransition.org/pacte-pour-la-transition/#soutien-pacte

Solène et Mila, étudiantes en master 2 en psychologie sociale et environnementale organisent la semaine étudiante du développement (ou décroissance ?) durable du 6 au 11 avril ; elles nous proposent de co-organiser. Après accord de principe de l’assemblée, rendez vous est pris pour celles et ceux qui veulent s’y impliquer : mardi 21 janvier à 17h30 à La Verrière – 25 rue Porte d’Alès.

Aujourd’hui, on met l’environnement à toutes les sauces ; contre le greenwashing : le sommet mondial « Fearless cities » (« Les villes-sans-peur ») se tiendra à Grenoble en novembre – au menu : défense des droits humains, de la démocratie et des communs.

Un groupe de travail s’est réuni pour une première séance de réflexion sur le thème : « mieux décider ensemble ». Une deuxième séance se tiendra en février. Celles et ceux qui souhaitent y participer sont invité.es à contacter Magali à son adresse : mpagnon90@gmail.com

Le Réseau ANAÏS (réseau des associations nîmoises d’action et d’intervention sociale) nous sollicite pour participer à l’animation des journées « Urgence pauvreté(s) » des 15 et 16 mai, dans le cadre de l’événement qu’il organise sur ce thème du 11 au 16 mai. Son coordinateur Eric Thimel (délégué du Secours Catholique pour le Gard) nous propose d’animer des actions autour des thèmes « environnement et questions sociales » ou « réchauffement climatique et pauvreté ». Nous réfléchissons aux animations possibles et en reparlerons avec lui lors de la prochaine plénière.

Une pétition sur l’Australie « Australia end game » (fin de la partie) circule sur Internet, pour déclarer l’urgence climatique et acter maintenant la réduction des gaz à effet de serre.

La prochaine marche pour le climat est prévue le 14 mars (veille du premier tour des élections), les lycéens le 13 – réunion préparatoire mercredi 22 janvier à 19h au 1er étage du restaurant L’Ever In (1 place Séverine).

Action « stop pesticides » des Coquelicots du Gard à la Préfecture vendredi 7 février en milieu d’après-midi : coquelicotsnimes@gmail.com

Fin de la réunion à 19h50.

La prochaine rencontre est programmée mercredi 4 mars à 18h, en présence d’Eric Thimel, coordonnateur du réseau Anaïs, pour parler semaine « Urgence pauvreté(s) », du 11 au 16 mai.

Et si l’espoir revenait ? *

L’année qui vient de s’achever a vu certains membres « historiques » du collectif Nîmes-en-Transition rester un peu en retrait, engagés qu’ils sont dans la campagne électorale ; ce fut l’occasion pour des « nouveaux » de prendre des responsabilités.

En cette nouvelle année, les premiers, encore en retrait, reviendront, vainqueurs ou perdants des joutes politiques ; au moins auront-ils eu le courage de s’aventurer sur le terrain semé d’embûches vers la gouvernance municipale, enjeu de premier plan pour la transition.

Car faut-il rappeler que la consommation effrénée des ressources et l’émission des gaz à effet de serre, cause du dérèglement climatique et de l’effondrement de la biodiversité, sont surtout le fait des villes occidentales ? L’empreinte écologique d’une ville comme Londres – ce qu’elle consomme et ce qu’elle pollue – est équivalente à un territoire comme l’Espagne tout entière. Personne n’a encore mesuré celle de Nîmes…

Des piliers effacés, des novices hésitants, d’autres membres, habituellement actifs dans le collectif mais craignant – il faut les comprendre – de se voir coller une étiquette partisane au titre de leur adhésion à Nîmes-en-Transition, la finalisation d’une première version du Pacte pour la transition a quand même abouti.

Ce projet évoluera sous l’égide du collectif Nîmes-en-Transition affirmant encore haut et fort son indépendance vis-à-vis des partis et des candidats, avec tou.tes les citoyen.nes qui y ont participé et celles et ceux – de plus en plus nombreu.ses – qui le soutiennent.

Un temps d’échange fructueux avec le réseau ANAÏS, Associations Nîmoises d’Action et d’Intervention Sociales, au café du même nom, à l’angle de la place des Esclafidous avant Noël, a permis d’illustrer le volet social du pacte par des exemples concrets :

– à Vauvert, le Secours Catholique propose un panier solidaire, avec un Établissement et Service d’Aide par le Travail – E.S.A.T. (ex C.A.T.), et un « atelier – recettes » pour retrouver les gestes de la cuisine,

– plus loin, à Gignac dans l’Hérault – un système comparable avec la Croix-Rouge,

– le Collectif Récupération Anti-Gaspillage peine à redistribuer aux plus démunis les tonnes d’invendus qu’il collecte chez les commerçants « bio »…

Qui aurait donc la naïveté d’imaginer la protection de l’environnement sans la solidarité ?

Les étudiants de la faculté, en Master en psychologie sociale et environnementale s’interrogent, eux, sur l’intérêt qu’accorde le public au « développement durable », en vue de la semaine qu’ils organisent du 6 au 11 avril.

En effet, depuis le sommet de Rio en 1992 où la protection de l’environnement a été associée à l’économie, elle n’en est souvent restée qu’une variable d’ajustement et nos frères australiens font le constat amère que les dérèglements des écosystèmes ne sont pas l’apanage des pays pauvres.

Alors si « SeDD » rimait avec « Semaine de la Décroissance Durable » ?

Et, en tous cas, « si l’espoir revenait ? » *

Pour le collectif Nîmes-en-Transition

Denver

Rappel des prochains rendez-vous :

Vendredi 10 à 17:30 à la Courte Échelle-11bis rue de Genève : « mieux décider ensemble »

Mercredi 15 à 17:30 à La Verrière-25 rue Porte d’Alès : assemblée plénière autour d’une galette

Mardi 21 à 17:30 : constitution d’une équipe de préparation d’une prochaine fête de la transition

* référence à la chanson « L’espoir » interprétée par Bernard Lavilliers et Jeanne Cherhal

Faire vivre le Pacte pour la Transition

Lors de la réunion du 17 octobre du collectif (soit quelques jours à peine après la publication du dernier rapport du GiEC) nous avons convenu d’interpeller les groupes politiques locaux quant à leur attitude et leur vision face à l’urgence climatique.

L’approche des élections municipales nous offre naturellement un espace de débat avec celles et ceux qui postulent à administrer notre ville et la métropole d’une part, et l’ensemble des citoyen·ne·s d’autre part. L’outil de base de ce travail serait le Pacte pour la Transition élaboré en 2015 par le Collectif pour une transition citoyenne. Une mise à jour et une adaptation au contexte local seront nécessaires.

Le pacte pour la transition : c’est quoi ?

L’idée est de faire s’engager les élus (et les postulants au poste!) de nos territoires en leur proposant d’adopter au moins cinq mesures simples et concrètes mais aussi de favoriser la création d’un espace partagé entre élus et citoyens pour discuter, élaborer et concrétiser les alternatives pour une transition écologique et sociale.

Toutes les mesures peuvent être mises en œuvre en moins d’un an et sont facilement évaluables (sans être un « expert »).

Pour chaque mesure, il est proposé une fiche de synthèse expliquant comment la mettre en œuvre rapidement et comment aller plus loin, mettant en avant des exemples de communes l’ayant fait et surtout renvoyant vers des structures ou des personnes ressources à contacter.

Le travail de mise à jour et d’adaptation locale serait à réaliser au sein des commissions de Nîmes en Transition en lien avec les collectifs et assos qui les composent. Nous pourrons en parler plus en détail lors de la réunion de novembre du collectif.

Télécharger :
Le Pacte pour la Transition (PDF)
Les fiches de synthèse et la FAQ (ZIP)

 

Nîmes-en-Transition partenaire du CAUE

Le CAUE assure, dans le cadre d’un service public de proximité et d’une offre à la fois culturelle, pédagogique et technique, la conduite des 4 missions :

  • réfléchir à son habitat
  • aménager sa commune
  • découvrir et transmettre
  • se former

L’ assemblée du 22 mai à laquelle participeront Marie-Pierre et Christophe, a objectif est de favoriser un travail collaboratif entre :

–  les élus de l’ensemble des communes gardoises (180 sur 353 ont délibéré à ce jour pour être représentées)

– des personnalités désignées par des associations avec qui le CAUE30 travaille généralement dont notre collectif.

Ces représentants seront amenés à oeuvrer ensemble tout au long de l’année avec l’équipe du CAUE pour susciter ou mettre en valeur des initiatives durables sur le territoire gardois en terme d’aménagement, de projets citoyens, de patrimoine, réfléchir sur des thématiques par le biais de commissions et restituer leurs travaux sous les formes les plus adaptées (expositions, publications, albums, concours etc.).

Compte rendu du collectif du 20 septembre 2017

Le collectif s’est réuni mercredi 20 septembre à 19h30 sur l’esplanade :

Présents :
Bruno
Patrick
Josiane
Claude M
Marie-Pierre
Boris
Christophe O
Clara
William
Tanzania
Alain
Marleen
Marielle
Fanny
Ludovic
Claudine
Laurence

Excusés : Franck, Laurence, Jacques, Virginie, Laurence, Ghislaine
Et Fanny C-P
Prépa 30 septembre
Unique moyen de demande de matériel ou proposition, le lien envoyé par Clara :

ICI

Il est bien évident que la mise à disposition de matériel dépendra de la mobilisation de chacun d’entre nous :

– vendredi 29 après-midi pour aller le chercher aux services techniques et/ou…
– lundi 2 octobre pour le rapporter…
Invitation du collectif du Jardin Intérieur pour finir la fête ensemble le soir :

Places gratuites, 1 par stand
(SVP mettre le nom du stand/de votre association ainsi que votre nom) :
https://beta.doodle.com/poll/22xsvh5eh9uvtv2

Places supplémentaires (adultes et enfants) :
https://goo.gl/forms/qrkh5WEwBT7naHp03
A.R.B.R.E.S.

Claudine nous dit la signification du nom de son association :
Association Responsable pour le Bien-être et le Respect de l’Environnement Sur Nîmes Métropole
Il paraît qu’André CLAVEL « Dédé » qui s’occupe de la sono musique le 30 septembre, a monté une association pour la protection des arbres.

Nuit debout

Sur la question de savoir si Nuit debout pouvait tenir sa gratiferia dans le cadre de la fête des possibles, on est revenu sur un classique des discussions de Nîmes en transition, de savoir si on se limitait à communiquer sur du positif ou si on exprimait une forme de contestation.

La présence des membres d’ATTAC et de l’association elle-même qui présente ces deux facettes, parmi les fondateurs du collectif Nimes en transition, ne pose pas de difficulté, au contraire, dans la mesure ou Ils font l’effort ici de mettre en avant la vision constructive qu’ils ont de l’avenir.

Enthousiasme et contestation sont peut-être plus complémentaires que contradictoires mais c’est vrai que, dans une manifestation comme celle du 30 septembre, sur le thème de la fête de « fête des possibles » (les mots sont choisis), le message délivré au grand public porterait plus sur un mieux-vivre que sur les affres du vieux monde.

Or Nuit debout s’intéresse à la politique au sens de la vie quotidienne, l’alimentation, la consommation… Elle invoque le besoin de ne pas lancer des initiatives isolées et de rejoindre le collectif, au moins à cette occasion ; sa gratiferia se tient régulièrement à Nîmes, il était de toute façon prévu d’en organiser une le 30.

La gratiferia est une action qui s’est déjà déroulée dans le cadre de la journée de la transition : récupération, solidarité… Dans ces conditions, Nuit debout peut venir l’organiser, à condition de ne pas communiquer sur les sujets du moment qui animent les partis politiques*.

(*) cette formulation est inspirée des termes du règlement de la Fête des Possibles :
« Refuser le prosélytisme et garantir l’indépendance à l’égard des partis politiques et des organisations religieuses. Dans un souci d’ouverture au plus grand nombre, les rendez-vous de la Fête des Possibles et les informations partagées lors des rendez-vous et dans les communications ne doivent pas comporter de caractère prosélyte ou partisan. »
– hors réunion – Le déroulé de la journée pourrait ressembler à çà – à confirmer par Clara qui est responsable de l’animation :

– 10h : Accueil du public
– 10h30 : Table ronde Economies d’énergie et rénovation énergétique
– 10h45 : Exposé sur la permaculture
– 11h : Présentation du projet de jeunes sur l’arrivée prochaine de comestibles devant le collège Capouchiné avec William et les Incroyables Comestibles
– 12h : « Le Band-à-Cisco » clôturera la matinée en musique
– 14h : « La Batucada » lancera le tempo et la couleur de l’après-midi
– 14h30 : Présentation de la nouvelle Monnaie Locale Complémentaire de Nîmes avec le SEL de Nîmes et les Vrais Monnayeurs
– 15h : Table ronde Economies d’énergie et rénovation énergétique
– 15h30 : Présentation d’un projet d’habitat partagé tout proche de nous (voir ce qu’a écrit Brigitte) avec HabFab
– 16h : débat mouvant « projet citoyen et énergies renouvelables »
– 16h30 : Exposé sur le permaculture

…Et du temps libre pour qui veut parler de ses propres actions à partager.
Comment organiser le forum ?

Les stands seront disposés tout autour de l’espace qui nous est mis à disposition, devant la colonnade du Palais de justice, avec des accès à chaque passage public.
Les ateliers et autres débats mouvants se tiendront dans les passages côté intérieur de l’esplanade où il y a des bancs en pierre qui se font face.
La tente berbère sera installée derrière le centre ; en face, de l’autre côté l’atelier totem ou viendront pendant toute la journée les exposants y inscrire leur réponse à la question « c’est quoi ton rêve ? ».
Pour qu’il y ait un beau paysage au centre, il pourrait s’y tenir les stands des Incroyables Comestibles et du Club Sciences du Collège Capouchiné qui viennent aussi avec leurs bacs.
Au niveau musique, il y aura vers midi le Band-à-Cisco, au centre, appel à l’apéro des intervenants et en début d’après midi, le passage de la batucada qui ferait un tour du site.

Le lendemain : Fête de la Confédération paysanne à St Génies-de-Malgoires et Marche pour la paix à Nîmes (rassemblement sur l’esplanade à 16h et concert 10€ le soir place St Charles)

Prochain rendez-vous Samedi 30 septembre sur l’esplanade :
– installation à 9h – on verra pour accéder boulevard de la libération
– A 10h : accueil du public – tout est prêt,
plus aucun véhicule de livraison stationné autour à 10h

Interview du Collectif sur France Bleu Gard Lozère

Interview du Collectif sur France Bleu Gard Lozère

Christophe par téléphone

Les démons de midi, avec Thierry Garcia et Servane
Le 18 septembre 2017
Thierry : on va parler d’un événement qui aura lieu à la fin du mois, le 30 septembre sur l’Esplanade à Nîmes, et qui colle complètement avec l’esprit de notre émission, les Démons de midi.
Servane : oui Thierry, c’est un événement organisé par le collectif Nimes en transition. La transition, c’est quitter un ancien monde qui s’essouffle, en perte de repères, un mouvement parti d’Angleterre il y a dix ans et qui a essaimé à travers le monde. Le collectif s’est créé à Nîmes l’année dernière, il rassemble une trentaine d’associations qui vont toutes se retrouver ce jour là, sur l’esplanade.
Thierry : alors les Mayas avaient annoncé la fin du monde mais en fait, c’est peut être pas perdu…
Christophe : tout à fait, on peut chercher un monde plus désirable, plus respectueux de l’homme et de l’environnement.
Thierry : ce jour la sur l’esplanade, c’est une belle rencontre pleine d’innovations qui se prépare.
Christophe : oui, c’est l’idée d’un événement ; on ne refait pas la journée des associations ; ça se veut très animé avec des forums, des démonstrations, de la musique, en somme, c’est vraiment la fête.
Servane : ce que vous faites, ça a à voir avec le film Demian qu’on a vu sur les écrans ?

Christophe : oui

Thierry : alors vous croyez qu’on peut vraiment changer le monde ?
Christophe : changer le monde, ça commence par changer soi-même et changer ensemble, avec son entourage ; il y a vraiment une idée de proximité dans la transition, les circuits courts de consommation et de production.
Thierry : vous pouvez nous citer un exemple parmi toutes ces associations ?
Christophe : oui, par exemple, les Incroyables Comestibles qui cultivent des bacs de plantes dans la ville, avec des fruits et des légumes ; on va aussi parler d’énergie bien sûr : vous avez précédemment fait un sujet sur les bornes électriques mais on fera aussi la part belle au vélo le 30 septembre, avec Croco-vélo et Eco-vélo.
Servane : dans cette idée de la transition, les déchets on une part importante, n’est ce pas ? On ne jette plus, on répare et on restaure…
Christophe : oui, vous allez recevoir l’association Lulu-Zed pour en parler ; en effet, c’est très important de produire de moins en moins de déchets, voir plus du tout.
Servane : ça renvoie aussi à un autre mode de consommation ?

Christophe : oui, par exemple avec les AMAP – Association pour le Maintien de l’Agriculture Paysane : on mange plus sainement à un prix normal et on permet aux agriculteurs de vivre dignement en évitant les marges énormes de la grande distribution. On s’intéresse aussi à la question de l’habitat : il y a un groupe d’habitat participatif qui s’est constitué à Nîmes.

Thierry : vous ne croyez pas qu’on pourrait aller dans les écoles pour parler de tout ça aux enfants ?
Christophe : les jeunes sont déjà très sensibles aux sujets d’environnement ; depuis déjà un moment, les enseignants ont œuvré dans ce sens ; d’ailleurs ça rejoint nos aînés qui sont aussi à l’écoute de la transition, pour avoir vécu plus proche de la nature, dans un monde déconnecté.
Servane : pour en savoir plus, vous avez un site web, nimesentransition.org, et puis dans les jours qui viennent, on accueillera des associations qui sont membres de ce collectif pour nous parler de ce qu’elle font. On rappelle donc cet événement le 30 septembre, toute la journée sur l’esplanade Charles de Gaulle a Nîmes, on viendra vous voir.
Christophe : on a aussi une page Facebook. Samedi 30, sur l’esplanade, c’est de 10h à 18h. Merci Thierry et Servane et bonne journée. Merci Christophe, bonne journée à vous aussi.